69 points pour le Canadien: c’est étonnant!

La réaction de Brendan Gallagher et de Jonathan Drouin, au banc de l’équipe, pourrait être interprétée de deux façons. Ils ont hoché la tête après avoir participé à un scénario dont ils n’avaient pas prévu une telle conclusion.

Étaient-ils déçus de la défaite en prolongation face aux Maple Leafs de Toronto ? D’autant plus que le Canadien menait 3 à 2 en troisième période avant que l’adversaire ne quitte le Centre Bell avec deux points.

Que la défaite fasse mal, c’est déjà une indication que les joueurs du CH croient en leur possibilité.

C’est déjà un point positif. Ils viennent de compléter une séquence de cinq matchs à domicile, après la pause du match des étoiles, on s’entend, avec une récolte de huit points sur dix.

C’est tout de même un résultat impressionnant.

Plus que jamais, le Tricolore est impliqué dans une course qui s’annonce spectaculaire d’ici le 6 avril, fin du calendrier régulier.

D’ici là, les décideurs de l’organisation devront se pencher sur quelques dossiers urgents.

Certes, on a échangé des joueurs ajoutant de la profondeur, samedi, mais il faut aller plus loin. On peut s’interroger sur les ratés de l’attaque à cinq, qui occupe le dernier rang de la LNH.

Attaque massive

Imaginez un instant quelle position occuperait le Canadien si son attaque massive offrait plus de mordant. On peut se poser la question.

Comme le Tricolore s’apprête à réaliser l’impensable, c’est-à-dire obtenir une qualification pour les séries éliminatoires, les ennuis de l’attaque à cinq doivent cesser.

Claude Julien a défendu sa cause en expliquant la présence de Joel Armia sur la première unité en supériorité numérique. Armia, je vous le rappelle, jouait entre 10 et 13 minutes à Winnipeg l’an dernier.

« Nous avons obtenu de bons résultats avec Armia, » a lancé Julien.

On se contente de peu.

Mais, Gallagher et Drouin hochaient-ils la tête parce qu’ils étaient au banc quand John Tavares a scellé l’issue de la rencontre ? Les Leafs ayant des attaquants de premier plan, Tavares et Marner, alors que le Canadien avait décidé de « se défendre » avec Danault et Lehkonen.

Pourtant, n’était-il pas de circonstances qu’en prolongation, alors qu’on compose à trois contre trois, les entraîneurs utilisent, comme habituellement, leurs meilleurs effectifs ?

Il ne s’agit pas de penser en fonction de la défensive, mais, en surtemps, l’attaque est la priorité.

Mais bon, le Canadien a tout de même récolté 69 points jusqu’à maintenant, de quoi ravir Marc Bergevin et son groupe.

Il reste que d’importantes décisions seront prises au cours des prochains jours… surtout avec la date limite pour compléter les effectifs fixée au 25 février.

Y a-t-il un joueur qui pourrait justement donner un coup de pouce à l’attaque à cinq et qui serait dans la vitrine d’une des formations de la ligue ?

Pour l’instant, le Canadien entre dans une phase particulière. Il a disputé 31 matchs à domicile jusqu’ici et 25 à l’étranger.

Un calendrier qui ne sera pas de tout repos pour Claude Julien et son groupe. Pour le moment, ça va. Il n’y aura pas de match avant jeudi à Nashville, puis à Tampa, samedi prochain.

Le calendrier prévoit également des arrêts en Floride, un retour au Centre Bell pour y recevoir les Blue Jackets de Columbus et les Flyers de Philadelphie, puis une visite à Toronto, tout ça avant le 25 février.

On se prépare également à la rentrée de Christian Folin, un défenseur droitier qui devrait évoluer éventuellement avec Brett Kulak alors que Jordie Benn se retrouverait aux côtés de Jeff Petry. Du même coup, Mike Reilly occuperait le poste de septième défenseur.

Quant à Dale Weise, ne prépare-t-on pas se retour en plaçant Kenny D’Agostino au ballottage ?

Mais ça n’aide pas nécessairement l’attaque à cinq…

Les rumeurs

  • Matt Duchene? Où ira-t-il ? Winnipeg? Nashville ? Ottawa ?
  • Mark Stone? Où ira-t-il ? Calgary ? Winnipeg ? Ottawa ?
  • Wayne Simmonds : les Flyers écouteront les offres les plus sérieuses. Il est pratiquement assuré qu’il sera échangé.
  • Artemi Panarin : Quelle équipe veut payer le gros prix pour un joueur qui vient de déclarer qu’il testera le marché des joueurs autonomes sans restriction ?
  • Les Ducks : un premier changement à la direction. Randy Carlyle a été congédié. Bob Murray prend la relève. De sérieux problèmes au niveau du plafond salarial.
  • Les Penguins : on ne prévoit pas trop de changement, d’autant plus que Justin Schultz est sur le point de revenir au jeu.
  • Les Blue Jackets : prépare-t-on un coup fumant ? Sergei Bobrovsky et Panarin sont des joueurs convoités par plusieurs formations. Pourra-t-on sortir Jonathan Quick de Los Angeles ?
  • Gustav Nyquist : Pourrait-il aboutir au Texas, dans l’uniforme des Stars? Jim Nill, le directeur général des Stars, n’était-il pas l’adjoint de Ken Holland avec les Red Wings ?

Contenu similaire