Alouettes: la solution se nomme Bronfman

L’information circule depuis le début de la semaine. Les Alouettes seraient à vendre. La direction se limite à dire qu’elle ne commente pas des rumeurs. Mais là où il y a de la fumée, il y a un feu qui couve.  

Les noms d’Éric Lapointe et d’Étienne Boulay, deux anciens joueurs de l’organisation, sont mentionnés parmi les candidats qui pourraient souhaiter acheter l’équipe.  

Mais un troisième joueur, plus gros celui-là, pourrait être sur les rangs. Il s’agirait de nul autre que Stephen Bronfman, qui n’attend qu’un signal du baseball majeur pour faire revivre les Expos.  

Voilà qui est intéressant.  

La connexion Boivin  

L’ancien président du Canadien, Pierre Boivin, est son bras droit chez Claridge, sa société d’investissement privé. Son fils Patrick est président des Alouettes.  

En achetant les Alouettes, le groupe Bronfman aurait deux équipes qui cohabiteraient au stade qu’il projette de construire au bassin Peel.  

L’idée est pleine de sens.  

Le fiasco Skalbania  

Charles Bronfman, le père de Stephen, a été lui-même propriétaire des Expos et des Concordes de Montréal dans les années 1980.  

Les Concordes étaient nés du fiasco Skalbania, Nelson de son prénom, qui avait acheté les Alouettes de Sam Berger en 1980.  

Skalbania s’était fait un nom à titre de propriétaire des Racers d’Indianapolis, de l’Association mondiale de hockey, en embauchant Wayne Gretzky à l’âge de 17 ans.  

Sa carrière d’entrepreneur a dérapé à partir du moment où il est devenu propriétaire des Alouettes. Il a fait venir à Montréal des joueurs connus de la Ligue nationale comme le quart Vince Ferragamo, les receveurs de passes Billy «Shoes» Johnson et Fred Biletnikov, gagnant du Super Bowl avec les Raiders d’Oakland.  

Les Alouettes se sont royalement plantés en 1981, ne remportant que trois victoires en 16 matchs. Skalbania a déclaré faillite à la fin de l’année.  

Ne voulant plus des Alouettes, la Ligue canadienne a dissous l’équipe en 1982 et l’a vendue à un groupe dirigé par Charles Bronfman, qui comptait la compagnie Imperial Tobacco parmi ses partenaires financiers.  

Le prénom de l’équipe avait été changé pour des raisons légales.  

Mais revenons à Stephen Bronfman.  

On retrouve dans son groupe désirant la renaissance des Expos Eric Boyko, cofondateur de la firme montréalaise Digital Systems.  

Il y a quelques années, le bruit a couru que Boyko souhaitait acheter les Alouettes. Je pense qu’Éric Lapointe faisait partie de ses associés.  

C’est Lapointe qui avait fait les démarches auprès de la famille Wetenhall à savoir si elle était disposée à vendre les Alouettes. La réponse avait été non.  

J’ai parlé à Lapointe et à Boulay.  

Pour eux, les Alouettes sont une affaire de passion. Ils ont sué sang et eau pour l’équipe. Son sort leur tient à cœur. Ils ne veulent pas qu’elle disparaisse une deuxième fois.  

Beaucoup de choses à voir  

Les deux n’ont pas les moyens d’acheter une équipe de football, mais ils ont des contacts.  

Lapointe mène une carrière prospère au sein de la firme Stonegate, entreprise faisant dans la gestion de patrimoine. Il affirme ne pas être sur les rangs pour se porter acquéreur des Alouettes, mais il ne lui faudrait sans doute pas beaucoup de temps pour monter un partenariat.  

Quant à Boulay, il m’a avoué que je détenais de bonnes informations. Mais il ne voulait pas aller plus loin. Son groupe a beaucoup à faire avant de penser à déposer une offre formelle.  

Si ce n’est pas fait, il lui faut voir les livres des Alouettes. Selon certaines sources, l’équipe serait prise à la gorge.  

Et que dire de l’intérêt de la population?  

Quand le stade Percival-Molson devient trop grand, c’est que la situation est grave.

Savard est passé à autre chose  

Il y a plusieurs années, Larry Smith et Serge Savard s’étaient dits intéressés à acheter les Alouettes le jour où Bob Wetenhall voudrait vendre.  

«Lorsqu’on avait fait part, Larry et moi, de notre intérêt pour acheter l’équipe, on pensait en fonction de l’après-Wetenhall, a dit Savard lorsque je l’ai joint hier à sa résidence secondaire d’Hilton Head Island, en Caroline du Sud.  

«L’idée était d’assurer la pérennité de l’équipe. Dans le temps, il aurait été assez facile de faire une transaction financière.»  

Smith en était au premier des deux mandats qu’il a remplis à la présidence de l’équipe. Savard brassait, pour sa part, de grosses affaires dans le monde de l’immobilier avec un groupe d’associés.  

Presque du bénévolat  

Il y a quelques années, j’ai demandé à Savard s’il pensait encore à acheter les Alouettes. Il avait répondu qu’il n’y avait pas d’argent à faire avec ça.  

«Quand j’ai dit ça, je ne voulais pas dire qu’il s’agissait d’un suicide financier, a-t-il ajouté hier.  

«Mais c’est pratiquement du bénévolat. On n’embarque pas là-dedans en se disant que l’on va faire un coup d’argent.»  

L’ancien membre du fameux Big Three et ex-directeur général du Canadien mène une vie paisible avec son épouse, Paulette. Il revenait d’une ronde de golf quand je lui ai parlé.  

Les Alouettes ne l’intéressent plus du point de vue des affaires.  

Savard fait valoir qu’il n’est plus à un âge de se lancer dans un gros projet. Il a célébré son 73e anniversaire de naissance en janvier, et il profite pleinement des plaisirs de la vie.  

Il possède encore des abonnements de saison pour les Alouettes, mais il n’a assisté qu’à un match au cours des dernières années. Il est déçu de la tournure des événements. «C’était tellement plaisant d’aller au stade Molson lors des beaux jours avec les Pringle, Calvillo, Cahoon et compagnie, se rappelle-t-il.  

«Il régnait une belle atmosphère. J’adorais ça.»  

C’est le mandat que la famille Wetenhall ou de nouveaux propriétaires éventuels doivent se donner. Ramener le fun sur la montagne.

Contenu similaire