Canadien: doit-on douter du concept mis en place par Marc Bergevin ?

 Doit-on douter du concept mis en place par Marc Bergevin et son groupe ? 

• À lire aussi: En route vers la coupe Stanley

• À lire aussi: 5 constats: le Canadien a manqué de ressources

• À lire aussi: Kotkaniemi: une saison derrière la cravate

 Une fiche de 96 points au classement, personne n’avait prévu un tel résultat. 

 Le concept nous a fait découvrir Jesperi Kotkaniemi, ça ne s’est pas bien terminé, mais, tout de même, le Finlandais n’a que 18 ans et pour une bonne partie de la saison, il a compétitionné au même niveau que ses rivaux de la Ligue nationale. 

 Et voilà que le concept nous invite à faire connaissance avec Ryan Poehling. 

 On ne s’emballera pas trop rapidement en croyant que l’Américain va marquer 50 buts l’an prochain, non. Mais ses trois buts, son tir précis en fusillade et surtout son comportement face à une équipe talentueuse comme celle des Maple Leafs de Toronto ont provoqué, chez les partisans de l’équipe, un engouement qui avait disparu, il y a huit mois et qui, graduellement, avec les efforts déployés par les jeunes joueurs et par les vétérans, a refait surface. 

 Les discussions 

 Poehling, samedi soir, a clairement indiqué que le concept démarre bien. Du moins, le plan élaboré pour relancer l’équipe a de quoi raviver l’espoir. En coulisses, on soutient Josh Brook, un défenseur de haut niveau, qui a passé quatre saisons à Moose Jaw, 16 buts et 59 passes cette saison, et qui frappe à la porte. C’est un défenseur droitier. Nick Suzuki a inscrit 94 points en 59 matchs dans la Ligue junior majeur de l’Ontario et a fait bonne impression l’automne dernier. Il y a aussi Alexander Romanoff, un défenseur gaucher qui, évoluant avec la formation de Moscou dans la KHL, meilleur de sa catégorie au championnat du monde de hockey junior, pourrait combler un vide sur le flanc gauche de la brigade défensive. 

 Ce sont les noms qui alimentent les discussions relativement au concept. Bergevin parle d’un « reset », disons le concept. Parce que cela englobe une refonte complète de l’organisation, ce qu’on a fait pendant l’entre-saison, l’an dernier, le changement dans l’attitude à l’intérieur du vestiaire et sur la surface de jeu a connu des résultats étonnants. Reste maintenant à voir si l’embauche de joueurs qui viendront s’ajouter à l’organigramme – je fais référence entre autres au repêchage des joueurs amateurs – rapportera les dividendes escomptés. Le recrutement devra être impeccable, sans faille. 

 Par ailleurs, verra-t-on le Canadien s’aventurer sur le marché des joueurs autonomes ? 

 Quelques noms : Erik Karlsson (28 ans), Jordan Eberle (28), Matt Duchene (27), Joe Pavelski (33), Artemi Panarin (26), Jeff Skinner (26), Tyler Myers (28), Kevin Hayes (26), Alexander Elder (32), Mats Zuccarello (30), Brock Nelson (26) et Anders Lee (27). Évidemment, ces joueurs, du moins la plupart, risquent de poursuivre leur association avec leur formation respective. 

 La question se pose : combien d’entre eux regarderont du côté de Montréal ? Peut-être que les résultats de la dernière saison feront écarquiller les yeux de ceux qui s’apprêtent à jouer à la loterie, c’est un élément à considérer. Le plus convoité sera Artemi Panarin. À 26 ans, c’est un joueur possédant un talent exceptionnel. Oublions les fameux points perdus ici et là pour expliquer l’élimination du Tricolore, les Blue Jackets, eux, ont réussi l’exercice parce qu’ils misaient sur un joueur comme Panarin. 

 Équipement rangé 

 Donc, le Canadien a rangé l’équipement, samedi soir, mais on ne peut nier qu’il a fait un pas important dans la bonne direction. La situation est nettement plus encourageante que l’an dernier à pareille date. 

 Le concept dicte maintenant qu’on évalue à nouveau les effectifs et ensuite qu’on ne tarde pas à prendre les actions qui s’imposent. 

 Notamment :  

  •  Un besoin urgent d’un défenseur gauche de qualité. 
  •  Un joueur de centre de haut niveau demeure toujours dans les priorités. 
  •  Revoir attentivement la liste des joueurs de soutien. 
  •  Pourra-t-on résoudre le problème de l’équipe en supériorité numérique ? 
  •  On devra se pencher sur le dossier de Jonathan Drouin. Ne devait-il pas être un joueur d’influence ? 
  •  Il faudra se méfier. Le concept peut cacher des pièges et il invite à la prudence. Exemple : les joueurs qui ont atteint des sommets en carrière pourront-ils répéter l’an prochain ? 
  •  Que doit-on faire pour donner à l’équipe ce qu’elle a besoin pour accéder aux séries éliminatoires ? Le tiroir-caisse est rempli de grosses coupures. L’argent n’est pas un problème. Mais de quelle façon dépensera-t-on cet argent ? 
  •  Cette année, on a misé sur la rapidité. L’expérience a été profitable. On doit penser maintenant à donner à cette équipe plus de poids. Le Tricolore n’a-t-il pas éprouvé toutes les difficultés du monde à battre les équipes misant sur des attaquants au gabarit imposant ?  

 La première étape est franchie et Bergevin et son groupe ont ramené l’équipe sur les rails. À défaut d’une participation aux séries éliminatoires, il y a une consolation. 

 Au moins, des progrès ont été réalisés. Mais on est encore loin des objectifs attachés au concept. À voir Geoff Molson, samedi après le match, il semble très satisfait de la saison venant de prendre fin. Il était tout sourire. 

 Ce qu’on lui avait promis a été accompli. 

 Et le concept continue… sauf que les règles du jeu ne changent pas. Bergevin et Claude Julien n’ont pas droit à l’erreur. Dans le hockey moderne, tout est fragile. La moindre bévue administrative peut tout bousiller. 

 Lavoie, un choix qui vaut la chandelle 

 Demain, on dévoilera l’ordre de sélection des 15 équipes ayant raté les séries éliminatoires dans le cadre de l’encan annuel des meilleurs joueurs amateurs.  

 Le Canadien devrait, en principe, se retrouver au 15e rang, peut-être plus haut si la chance lui sourit.  

 De l’avis de bien des recruteurs, il ne s’agit pas d’une séance de repêchage qui s’annonce pour être spectaculaire. Cependant, l’écart qui sépare les joueurs répertoriés lors du premier tour de sélection est si mince que les équipes seront possiblement portées à choisir un patineur pouvant s’acclimater rapidement à une position exigeant du renfort.  

 À surveiller  

 Que fera le Canadien ? Raphaël Lavoie, des Mooseheads de Halifax, pourrait s’avérer un choix intéressant. C’est un joueur de centre, de Chambly, qui a fait des progrès intéressants au cours de la dernière saison.  

 Il participera au tournoi à la ronde de la Coupe Memorial puisque l’événement sera présenté à Halifax. Il possède un gabarit impressionnant, 6 pieds 4 pouces et en 62 matchs cette saison, il a inscrit 32 buts et 41 mentions d’aide pour un total de 73 points. Il montre un bilan de 11-7=18 en neuf matchs des séries éliminatoires.  

 Est-ce que le Canadien va finalement s’intéresser au produit de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ?  

Contenu similaire