Kotkaniemi: une saison derrière la cravate

Jesperi Kotkaniemi avait un immense sourire au visage le 22 juin dernier, jour où le Canadien a misé sur lui avec le troisième choix au total au repêchage de la LNH à Dallas. Il n’a jamais perdu son sourire d’adolescent depuis cette date.

Avant le 82e et dernier match de la saison, Kotkaniemi patientait tranquillement avec son équipement dans le vestiaire du CH. Il avait encore son casque, son chandail et ses patins.

« Je ne peux pas me rendre à mon casier, a lancé le Finlandais. Encore une fois, il y a trop de monde autour de Brendan Gallagher. Et Brendan parle toujours longtemps. Mais comme recrue, je n’ai pas un mot à dire. Je dois juste attendre en silence ! »

C’est l’une des minuscules leçons qu’il a apprises à ses premiers pas dans la LNH.

Kotkaniemi a déjoué les plans dès l’automne avec le Tricolore. Marc Bergevin et Trevor Timmins avaient prôné la patience avec leur choix de premier tour, disant qu’il aurait probablement besoin d’une ou deux saisons en Finlande ou dans la Ligue américaine avant de faire le saut à Montréal.

« Il y a peu de gens qui s’attendaient à me voir dans la LNH à l’âge de 18 ans, a rappelé le numéro 15. Mais je suis encore ici et je réponds à vos questions. Je peux quand même être fier de cette réalisation. J’ai démontré que je pouvais jouer dans la meilleure ligue au monde. Il y a eu des hauts et des bas. J’imagine que ça fait partie de mon processus d’apprentissage. »

Ajouter du muscle

Kotkaniemi, qui était le plus jeune joueur de la LNH cette saison, a amassé 34 points (11 buts, 23 passes) en 79 rencontres cette saison. Il a montré des flashs de génie, comme il y a eu des passages à vide.

En fin de saison, le jeune homme originaire de Pori en Finlande a ralenti, récoltant seulement quatre passes en 18 matchs. Il dresse un bilan juste de sa première saison.

« Si nous regardons le portrait dans son ensemble, je crois que c’était une assez bonne saison pour moi et pour l’équipe, a-t-il noté. Mais la fin est décevante. »

« J’ai un paquet de choses à améliorer pour l’an prochain. Je devrai devenir un meilleur joueur, un centre encore plus complet. J’aurai aussi comme objectif d’être le même joueur à la maison et sur la route. Je ne peux pas juste marquer au Centre Bell. »

À ses 38 matchs loin de Montréal, Kotkaniemi a été limité à 11 points (0 but, 11 aides).

Durant la saison morte, le premier choix du CH au dernier repêchage aura un objectif bien précis en tête.

« Je devrai me renforcer physiquement, je chercherai à prendre du poids, a-t-il expliqué. Je travaillerai fort pour y arriver. Mais je sais maintenant ce qu’il faut pour jouer à ce niveau. Il n’y aura plus d’inconnu. J’ai appris à devenir un professionnel. Quand tu joues pratiquement aux deux jours, tu dois prendre soin de ton corps, bien te reposer et bien manger. »

Les bons mots d’un vétéran

À quelques mètres du casier de Kotkaniemi dans le vestiaire de l’équipe, Nate Thompson a fait une prédiction qui fera le bonheur des fidèles du CH.

« Je crois réellement qu’il deviendra une super étoile dans la LNH, a dit le centre de 34 ans. Il a seulement 18 ans et il fait déjà de très belles choses à ce niveau. C’est assez fou quand tu penses qu’il est encore loin de sa maturité sur le plan physique. »

Avec Kotkaniemi, le Canadien a peut-être trouvé ce qu’il cherchait depuis des lustres, soit un centre numéro un.

Contenu similaire