La nostalgie encore présente

Même si les Expos ont quitté Montréal en 2004, ils n’ont pas été oubliés par les amateurs de baseball. On l’a constaté lors de la cérémonie d’avant-match de la première rencontre préparatoire entre les Blue Jays de Toronto et les Brewers de Milwaukee, lundi soir au Stade olympique.

Le mot qui résume bien cette cérémonie est : nostalgie. Les anciens joueurs Brad Wilkerson, Ross Grimsley, Claude Raymond, Larry Walker, Dennis Martinez et Tim Burke, l’ancien gérant Felipe Alou et le réputé descripteur Jacques Doucet ont été honorés dans une cérémonie sans artifices.

Alou, Martinez et Walker ont reçu les applaudissements les plus nourris. Ce n’est pas vraiment surprenant. Alou et Walker ont fait partie de la fameuse édition de 1994, qui avait le potentiel de rafler les grands honneurs, mais qui a été stoppée par une grève.

Pour ce qui est de Martinez, il a connu ses meilleures années avec les Expos. Il est le seul lanceur de l’histoire de la formation montréalaise à avoir réalisé un match parfait. Un exploit qui ne sera jamais oublié.

« Montréal était un endroit superbe pour y jouer des matchs, a affirmé celui qu’on surnommait El Presidente après avoir été honoré au centre du terrain. Les gens d’ici aiment le baseball.

« Montréal a besoin du baseball et le baseball a besoin de Montréal. »

De nombreux amateurs ont affiché leur enthousiasme en faisant la vague.

Photo Martin Chevalier

De nombreux amateurs ont affiché leur enthousiasme en faisant la vague.

Les organisateurs de l’événement ont également souligné la carrière de Rusty Staub, qui est décédé le 29 mars 2018. Une minute de silence a été observée pour le saluer comme il se doit. Un beau clin d’œil au Grand Orange.

Le dossier avance

Cette cérémonie a été présentée avec le possible retour du baseball à Montréal en toile de fond. Les amateurs espèrent toujours avoir la chance d’encourager les Expos 2.0.

Il y a eu des nouvelles encourageantes de la part de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lundi après-midi. Puis, le porte-parole du groupe d’investisseurs potentiels, Stephen Bronfman, a parlé d’un « train en marche qu’on ne peut plus arrêter », lors de son point de presse avant le match. Ce sont des signes très positifs.

De plus, l’un des moments forts de l’avant-match a été une courte phrase de Claude Raymond.

« Il faut être patient, ça s’en vient ! » a-t-il mentionné dans les haut-parleurs désuets du Stade olympique. Il n’en fallait pas plus pour que les amateurs fassent entendre leur appui au projet de Bronfman et de son groupe.

De plus, pour mettre la cerise sur le gâteau à la fin, les organisateurs ont fait jouer Don’t Stop Believin’. C’est clair que les 24 482 spectateurs présents au Stade olympique lundi soir y croient toujours.

Yasmani Grandal, des Brewers, a été chaleureusement accueilli au marbre par Mike Moustakas après avoir cogné un circuit de deux points.

Photo Martin Chevalier

Yasmani Grandal, des Brewers, a été chaleureusement accueilli au marbre par Mike Moustakas après avoir cogné un circuit de deux points.

Les mêmes assistances

Aux dernières nouvelles, les deux matchs entre les Blue Jays et les Brewers devraient attirer un total de 50 000 personnes. L’an dernier, 51 151 spectateurs s’étaient déplacés pour les deux duels contre les Cards de St. Louis. Comme cette année, les deux rencontres avaient eu lieu le lundi et le mardi.

On est loin des assistances des quatre premières éditions de ces matchs des Blue Jays, mais ce n’est pas catastrophique. Montréal est possiblement l’endroit où il y avait la meilleure foule pour un match préparatoire, lundi.

Le rapide Lorenzo Cain, des Brewers, a volé le deuxième but.

Photo Martin Chevalier

Le rapide Lorenzo Cain, des Brewers, a volé le deuxième but.

C’est un autre message fort que les amateurs ont lancé au baseball majeur et ils sont nombreux depuis quelques années.

Contenu similaire