Paul Byron: manque de jugement!

Foutez-moi la paix avec la fierté du guerrier ! Encore plus avec le code non écrit de l’honneur ! L’ultime représentant du code d’honneur anime son émission chaque matin au 91,9. Et le gros Georges reste le plus doux des hommes forts.

Tout comme certains ont tenté de justifier ce combat stupide entre MacKenzie Weegar et Paul Byron par le fait que la Ligue nationale n’a pas été assez sévère en suspendant Byron il y a quelques mois.

Ben oui, chose. Me semble qu’on est sorti de l’ère du Cro-Magnon. Tu m’as frappé en cochon voilà trois ou quatre mois, sois un homme et viens te faire casser la gueule pour payer ta dette d’honneur.

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Jean-Charles Lajoie:

Pis le cave de 5 pi et 9 po va faire le jars et se fait casser la gueule. Pour quoi faire ? Pour prouver quoi ?

Pour montrer à la Ligue nationale qu’il est courageux ? Qu’il a du cœur ? Comme si tous les joueurs de la LNH ne savaient pas déjà que Paul Byron a le cœur gros comme le Centre Bell et que c’est un athlète intense qui se défonce à chaque présence.

L’INTELLIGENCE DE DIRE NON

Paul Byron ne jouera pas ce soir lors du match le plus important de la saison. Sa fougue et sa vitesse vont manquer cruellement au Canadien. Paul Byron va manquer à ses coéquipiers.

Il ne sera pas là parce qu’il a été stupidement égoïste. À ce stade-ci de la saison, dans un match contre une équipe éliminée des séries, le vrai esprit d’équipe aurait été de répondre à Weegar : « Désolé, Big Mac, mais mon équipe est impliquée dans la course aux séries et je ne peux me permettre d’accepter ton invitation ». Ou, en résumé : « Bats-toi tout seul ! »

Quand on revoit la séquence, on réalise que Byron avait amplement le temps de refuser la bataille. Compte tenu des circonstances, personne dans les gradins ne lui en aurait voulu. Et surtout aucun de ses coéquipiers.

Mais c’est la mentalité macho du hockey. Byron n’a pas réfléchi.

Mais alors, il aurait fallu que quelqu’un réfléchisse pour lui. Que ce soit Claude Julien, Kirk Muller ou Dominique Ducharme, comment cela se fait-il que personne n’ait mis en garde le petit Paulo ? Si c’est vrai que la loi des Cro-Magnon règne encore, alors tout le monde chez le Canadien devait savoir que MacKenzie Weegar chercherait à régler ses comptes. Le coach n’avait qu’à donner un ordre clair à Byron. Si on te cherche, tu refuses. Tout le monde va comprendre, incluant Weegar.

LA GESTION DU RISQUE

Quelques fefans pourront soutenir que c’est la commotion subie par Byron qui fait que le geste est condamné. Que si Byron s’en était tiré sans égratignures, on aurait louangé son courage.

Ça n’a rien à voir. Ça s’appelle la gestion du risque. Le Canadien n’a pas la profondeur voulue pour remplacer un régulier de qualité. Combien de fois ai-je vu un Michel Goulet, un Pierre Turgeon ou un Wayne Gretzky refuser une bagarre niaiseuse ? Vous allez me dire qu’ils avaient des policiers pour les protéger. Dans ce cas, juste à habiller Nicolas Deslauriers.

Répondez-moi franchement. Qu’avait à gagner le petit Paul Byron à se battre contre MacKenzie Weegar ?

La tête, ça doit servir à autre chose qu’à porter un casque.

LE LAXISME DE LA LNH

Le cœur du problème, c’est le laxisme de la Ligue nationale. Les dirigeants sont trop lâches pour faire le dernier pas qui reste. Interdire les bagarres. Point. Expulsion et suspension des joueurs régleraient le problème.

De plus, c’est Guillaume Latendresse qui le soutenait hier, il est impératif que les attaques volontaires à la tête soient sanctionnées très sévèrement. Si Paul Byron avait été suspendu une dizaine de matchs au moins pour sa charge furieuse contre Weegar, je ne suis pas certain que le gars des Panthers l’aurait invité à valser un fox-trot mardi soir.

D’ailleurs, si la règle des 10 matchs de suspension avait existé, Byron se serait retenu et n’aurait pas blessé Weegar.

Les gens ont continué à utiliser leur cellulaire en auto tant que la police les a laissé faire et que les amendes étaient trop faibles. Aujourd’hui, le Bluetooth est automatique. La crainte est le début de la sagesse.

Mais il y a encore trop de Cro-Magnon chez les gouverneurs de la LNH…

Contenu similaire