Premier contrat pour Poehling

Ryan Poehling n’avait jamais caché son désir de s’entendre avec le Canadien à la conclusion de sa troisième saison avec les Huskies de St. Cloud State. Avant d’écrire son nom au bas d’un premier contrat professionnel, il rêvait d’un premier sacre pour la petite université de l’État du Minnesota. 

Poehling et les Huskies n’ont pas réalisé leur souhait. L’histoire s’est répétée pour un deuxième printemps d’affilée avec une élimination hâtive.  

Encore une fois établie comme équipe favorite pour gagner le tournoi, St. Cloud State (30-5-3) a trébuché dès le premier tour du championnat en s’inclinant 2 à 1, vendredi, contre l’American International College qui avait maintenu un modeste dossier de 22-16-1.  

L’an dernier, les Huskies avaient subi le même sort au premier tour avec un revers contre Air Force Academy.  

Il n’y aura donc pas de participation au prestigieux tournoi du « Frozen Four » qui se déroulera du 11 au 13 avril à Buffalo.  

Poehling a atténué sa tristesse, dimanche, en acceptant un contrat de trois ans avec le CH (2018-2019 à 2020-2021).  

Le choix de premier tour au repêchage de 2017 (25e au total) finira donc la saison avec ses nouveaux coéquipiers à Montréal. L’Américain pourrait toutefois se contenter d’un rôle de réserviste pour les trois derniers matchs du calendrier.  

En paraphant un premier contrat professionnel, l’Américain de 20 ans a ainsi fait une croix sur sa carrière universitaire.  

Il devra aussi faire son deuil de jouer avec ses deux frères aînés, Jack et Nick, des jumeaux.  

« C’est spécial de jouer avec mes frères, avait rappelé Poehling lors d’une entrevue téléphonique au Journal à la mi-mars. Ça me rappelle mes années à l’école secondaire. Nous sommes encore réunis, mais à un meilleur niveau. Nous voulons en profiter le plus possible. C’est peut-être la dernière fois de nos vies que nous aurons la chance de jouer les trois au sein du même trio. » 

31 points en 36 matchs 

À sa dernière saison à St. Cloud, Poehling s’était donné comme but de produire à un rythme d’un point par match.  

Il a finalement terminé l’année avec 31 points (8 buts, 23 passes) en 36 rencontres. Il a ainsi récolté le même nombre de points qu’à sa deuxième année (14 buts, 17 passes), mais il a marqué moins de buts.  

« Je m’attendais à marquer un peu plus de buts, avait-il mentionné. Mais ce n’est pas la fin du monde. Je sais toutefois qu’il y a plusieurs façons de contribuer aux succès d’une équipe. Pas juste avec les buts ou les points. Cette saison, je trouve que je fonce encore plus vers le filet adverse, je génère plus de chances de marquer. Je n’ai pas peur de foncer dans les endroits difficiles. » 

Sur la scène internationale, Poehling a remporté la médaille d’argent avec les États-Unis au Championnat du monde junior à Vancouver.  

Il avait attiré les réflecteurs vers lui avec huit points (5 buts, 3 passes) en sept rencontres, ce qui lui avait permis de rafler le titre de meilleur attaquant et joueur le plus utile à ce tournoi.  

Modérer les attentes 

Questionné sur les attentes à venir à Montréal, Poehling avait démontré une belle maturité dans sa réponse.  

« Il y aura toujours des attentes envers moi, avait-il expliqué. Je suis un choix de premier tour du Canadien. Ça vient avec de la pression. Quand je ferai le saut, je sais que les gens s’attendront à une production assez rapidement. Mais je n’ai jamais évalué mon jeu uniquement avec des chiffres offensifs. Je chercherai à connaître du succès dans plusieurs facettes de mon jeu. Si je peux jouer un rôle défensif à mes débuts dans la LNH, je serai aussi heureux. Je n’écrirai peut-être pas mon nom sur la feuille de pointage pour cinq matchs d’affilée, mais je garderai un impact sur les succès de l’équipe en aidant l’équipe dans d’autres facettes. J’ai toujours retiré une fierté de mon jeu dans l’ensemble. »  

• En se rapportant au Tricolore à la place du Rocket de Laval dans la Ligue américaine, Poehling brûlera la première année de son contrat de recrue. Sur le plan stratégique, l’Américain devrait passer à la banque plus rapidement avec son deuxième contrat à la conclusion de la saison 2020-2021.

Contenu similaire