Un défi sans Nacho

KANSAS CITY | C’est sans Ignacio Piatti que l’Impact affrontera le Sporting de Kansas City samedi après-midi.

« C’est temporaire, mais c’est une préoccupation quand Nacho n’est pas là. Mais on a aussi des forces vives dans l’équipe et on va s’adapter », a promis Rémi Garde.

Piatti a été touché au genou droit lors du dernier match de l’équipe à Orlando, il y a deux semaines, mais il avait pourtant terminé cette rencontre.

Depuis, il ne s’est pas entraîné régulièrement avec l’équipe et a sauté des séances au cours de la dernière semaine.

Psychologique

Est-ce que le Bleu-blanc-noir va souffrir de l’absence de son meilleur buteur cette saison ?

« Le match nous donnera les réponses, mais bien sûr que quand Nacho est là, l’équipe est différente. On ne pourra pas compter sur le dernier geste de Nacho, mais tout ce qui se passe avant sera là quand même. Tout ne s’écroule pas, mais ça sera différent », a lancé Garde.

« Mais est-ce que pour un match ou deux matchs, on ne sera pas capables de le remplacer ? J’ai envie de vous dire non. On ne peut pas baser le jeu de Montréal que sur le jeu de Nacho, aussi important soit-il. »

Pour l’entraîneur-chef, c’est surtout entre les deux oreilles de ses coéquipiers que l’absence d’un surdoué se fait sentir, mais il ne faut pas que la réalité d’une équipe s’arrête à son joueur exceptionnel.

« C’est psychologique parce que quand vous avez un joueur dont tout le monde sait qu’il est capable de faire la différence par une passe ou par un geste qui sort de l’ordinaire, ça rassure dans un match.

Mais il faut tout le temps penser que les grands joueurs, que ce soit Messi ou Ronaldo, ils s’appuient aussi sur un collectif qui les a mis dans des dispositions pour faire ces gestes-là. »

Système

Si dans les dernières années l’équipe vivait au rythme de l’Argentin, c’est un peu moins vrai maintenant, selon Evan Bush.

« Nacho est une partie importante de qui nous sommes, a reconnu le gardien. Mais nous avons maintenant un système qui ne dépend pas d’un seul homme.

On a démontré dans certains de nos matchs de présaison que lorsqu’il nous manque certains joueurs, certains autres peuvent prendre leur place. »

Bush insiste deux fois plutôt qu’une : c’est le système qui fait l’âme de cette équipe.

« Peut-être qu’on ne peut pas remplacer Nacho, mais le système peut compenser son absence. Il va certainement nous manquer, mais le système se prête à surmonter ce genre d’obstacle. »

Place à Novillo

Logiquement, c’est Harry Novillo qui devrait prendre la place de Piatti dans le couloir gauche. Il s’y est entraîné cette semaine et c’est sa position naturelle.

« Harry a beaucoup de qualités et je crois qu’il peut passer d’un côté à l’autre sans trop de difficulté », a souligné Bush.

« Je crois que son style de jeu lui permet d’être efficace à gauche parce qu’il peut ainsi couper vers l’intérieur. »

La question est de savoir si d’autres changements auront lieu, outre l’absence de Piatti et celle de Zakaria Diallo, suspendu, et qui sera remplacé par Rudy Camacho.

Daniel Lovitz a joué 34 minutes avec les États-Unis mardi, Saphir Taïder a joué un match avec l’Algérie mardi, puis Orji Okwonkwo, qui n’était toujours pas rentré à Montréal jeudi, a joué avec le Nigéria en début de semaine lui aussi.

« Je ne suis pas inquiet, je crois qu’on a une bonne base pour évoluer. Bien sûr qu’avec les 15 jours de trêve avec les joueurs partis en sélection, il y a de l’incertitude pour préparer un match de haut niveau », a admis Garde.

« Mais il y a aussi un groupe qui était ici, qui a bien travaillé et sur lequel je peux m’appuyer. »

Un stade peu accueillant

Jouer au Children’s Mercy Park n’est jamais une partie de plaisir pour l’équipe qui visite le Sporting de Kansas City.

Pourtant, l’Impact y a plutôt bien tiré son épingle du jeu au fil des années, se façonnant une fiche de deux victoires, trois défaites et un verdict nul.

Par contre, la dernière victoire montréalaise au Kansas remonte au 1er juin 2013, soit il y a près de six ans.

Lors de sa dernière visite dans le Midwest, en 2017, l’Impact avait soutiré un match nul de 1 à 1 au Sporting.

Bonne équipe

Depuis plusieurs années, le Sporting se maintient dans le premier tiers de la MLS sans compter sur de grandes vedettes.

« Ce n’est pas le genre d’équipe qui compte sur un joueur qui, quand il est neutralisé, est plus facile à battre », soutient Evan Bush.

« C’est une formation très bien équilibrée et je crois que ça va être un très gros test pour nous. »

Le problème avec une équipe comme celle-là, c’est qu’il faut surveiller un peu tout le monde.

« Ils conservent bien le ballon et créent beaucoup d’espace. Ils ont plusieurs joueurs qui peuvent faire plein de choses », souligne Bush.

Nemeth en forme

Visiter le Sporting n’est pas une mince affaire, notamment parce que la foule est bruyante et hostile en plus d’être très près du terrain.

Au moins, la température souvent suffocante en période estivale ne jouera pas un rôle prédominant dans le stade qui est surnommé le « chaudron » pour l’ambiance bouillante qui y règne.

Mais Bush souligne que ses coéquipiers et lui vont devoir éviter un piège d’importance.

« Nous devons éviter qu’ils étirent trop le terrain. Ils vont essayer de nous écarter pour ouvrir le jeu. »

À cela s’ajoute un acteur de premier plan qui est de retour dans une bonne forme après un passage de presque deux saisons en Nouvelle-Angleterre.

« Krisztian Nemeth a retrouvé la forme et il fait partie des joueurs qui peuvent être dangereux en attaque », avance Bush.

Outre Nemeth, le Sporting compte aussi sur Johnny Russell et Gerso Fernandes, qui peuvent eux aussi faire des dommages autour du filet adverse.

Après avoir raté les deux premiers matchs de la saison, Harry Novillo a pu jouer 16 minutes à Orlando, il y a deux semaines.

« J’étais super content de toucher au terrain parce que c’est quelque chose que j’attendais depuis longtemps. »

Même s’il n’a pas joué longtemps, il a laissé sa marque sur le match à Orlando, ce qui lui a fait plaisir.

« J’ai obtenu une passe décisive, ça m’a fait du bien et ça m’a mis en confiance, et j’ai hâte que ça recommence. »

Le Sporting de Kansas City amorcera la semaine prochaine la ronde demi-finale de la Ligue des champions de la CONCACAF.

Kansas City est la seule équipe de la MLS, les trois formations étant issues de la puissante Liga MX du Mexique.

Le Sporting a sorti la quatrième équipe mexicaine, Toluca, au compte combiné de 5 à 0 en ronde des 16. En demi-finale, il sera opposé à Monterrey, qui a éliminé Atlanta 3 à 1 lors de la ronde précédente.

Contenu similaire