Vladimir Guerrero fils: le coeur à l’ouvrage

Même si son poids fait jaser, le jeune Vladimir Guerrero fils affiche beaucoup de sérieux et trime dur à l’entraînement. 

Rencontré la semaine passée lors du passage des Blue Jays de Toronto à Montréal, l’entraîneur John Schneider a dressé ce joyeux portrait, offrant comme exemple une situation bien précise s’étant déroulée la saison dernière au niveau AA.

«C’est un gars qui travaille extrêmement fort. L’année passée, nous avions un programme double dans le AA et il est venu dans mon bureau avant le début des matchs pour me dire qu’il voulait attraper d’autres roulants. Je lui ai dit: “Hey, Vladdy, tu sais qu’on joue un programme double et que tu dois jouer les deux matchs?”. Il a répondu qu’il le savait, mais qu’il voulait quand même attraper quelques roulants de plus», a raconté en riant l’ancien gérant des Fisher Cats du New Hampshire qui a été promu au poste d’adjoint avec les Blue Jays en novembre dernier.

Schneider ne s’inquiète pas du physique imposant de son protégé, qui fait osciller la balance à 250 lb, selon le site web du baseball majeur.

«C’est un gros gars, il sera toujours un gros gars physiquement, mais son éthique de travail ne fait aucun doute, a indiqué Schneider. Que ce soit pendant une pratique au bâton ou au troisième coussin en défensive, il a toujours ce désir de s’améliorer.»

En plus du talent naturel du fils de l’ancien joueur des Expos Vladimir Guerrero, Schneider vante son intelligence lorsqu’il se présente au marbre. Il est plus discipliné que son paternel, qui avait tendance à s’élancer sur un peu tout.

«Offensivement, il est le meilleur frappeur que j’ai vu durant mes années dans les ligues mineures, a-t-il dit à propos de l’athlète de 20 ans. Ce qui le différencie des autres, c’est son intelligence au bâton. Il sait apporter des ajustements très rapidement afin de connaître du succès, en observant les lanceurs adverses.»

Première expérience

D’un point de vue personnel, Schneider reconnaît qu’il flotte sur un nuage ces jours-ci, puisqu’il en est à sa première saison dans le baseball majeur.

«C’est un objectif que j’avais depuis que j’ai commencé à jouer, puis un but que j’ai poursuivi comme entraîneur, a mentionné celui agissant comme responsable des receveurs de la formation torontoise. Je suis excité par cette opportunité.»

Schneider, lui-même un ancien receveur, a évolué dans l’organisation des Jays, de 2002 à 2007. Après avoir subi une opération au dos en 2006, une série de commotions cérébrales a mis fin à sa carrière de joueur. L’Américain a ensuite commencé à entraîner les espoirs des Blue Jays à compter de 2009 dans la Gulf Coast League, avant d’oeuvrer notamment pour les Canadians de Vancouver (au niveau A faible) et les Fisher Cats.

«C’est bien pour moi d’arriver ici cette année avec de nombreux jeunes qui en sont à leurs débuts, a-t-il reconnu. À titre d’entraîneur, j’ai progressé avec ces gars-là dans les ligues mineures, que ce soit [Ryan] Burocki, [Danny] Jansen, Anthony Alford ou Jonathan Davis. C’est bien d’être promu au plus haut niveau en même temps qu’eux maintenant.»

Bientôt, ce sera au tour de Vladimir Guerrero fils de rejoindre «Coach Schneider» et les autres. Se remettant d’une blessure à un muscle de l’abdomen, la future vedette a dû poursuivre ses efforts au camp d’entraînement prolongé des Blue Jays. Il entamera sous peu sa saison dans les ligues mineures.

Contenu similaire